Le CNES et VEDECOM signent un accord de partenariat

La science spatiale au service du véhicule autonome et des mobilités durables

Jean-Yves Le Gall, Président du CNES et Rémi Bastien, Président de VEDECOM, ont signé lundi 14 janvier au Siège du CNES à Paris, un accord de partenariat dont l’ambition est de mettre en synergie les missions et les compétences des deux organismes, chacun dans leurs domaines d’excellence respectifs.

Le CNES et VEDECOM ont ainsi formalisé leur volonté de coopérer sur le long terme dans le domaine du véhicule autonome, l’objectif étant de contribuer au développement, au test et à la validation des techniques, technologies et solutions spatiales dans le domaine de la mobilité des véhicules et de favoriser leur déploiement et leur utilisation. Cette coopération inédite permettra à l’avenir de développer de nouveaux sujets d’intérêts communs.

VEDECOM est un ITE (Institut pour la Transition Énergétique) dédié à la mobilité, mis en place en 2014 dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir. Il regroupe notamment des constructeurs et des équipementiers automobiles français et européens. VEDECOM est particulièrement actif sur le véhicule autonome, qui est un sujet très concurrentiel au niveau mondial et pour lequel les acteurs français du domaine sont bien placés.

Le CNES, à travers sa Direction de l’Innovation, des Applications et de la Science, conduit une politique de partenariat ambitieuse et promeut l’utilisation des techniques spatiales pour répondre à des problématiques sociétales comme la mobilité et en particulier les véhicules autonomes et connectés (géolocalisation, cartographie précise,…). Le CNES participe d’ores et déjà au développement d’une plateforme technologique générique dont l’objectif est de fournir le support et l’expertise nécessaires aux industriels pour réaliser la  fonction critique de localisation et de navigation, basée sur la géolocalisation spatiale Galileo pour les véhicules autonomes.

À l’issue de cette signature, Jean-Yves Le Gall a déclaré : « Le véhicule autonome est sans conteste l’un des principaux défis à relever dans les années à venir et dans ce contexte, le CNES est fier de signer cet accord de partenariat avec VEDECOM. Le CNES poursuit ainsi sa stratégie d’alliance avec des acteurs majeurs pour développer les usages des solutions spatiales afin de répondre à des problématiques sociétales, dans un objectif global de développement économique national. »

De son côté, Rémi Bastien a ajouté : « L’institut VEDECOM joue un rôle de pionnier des mobilités durables, sûres et efficientes, en permettant une coopération étroite entre l’écosystème académique et l’écosystème industriel. De même que le CNES apporte une véritable expertise dans le domaine spatial, les défis relevés par nos chercheurs dans le domaine des nouvelles mobilités peuvent
profiter au spatial et à toute la filière industrielle française. Nous sommes très enthousiastes à l’idée de collaborer avec un établissement phare comme le CNES. »

Télécharger le communiqué de presse

Articles récents :

VEDECOM a le plaisir de vous annoncer la soutenance de thèse Maxime REDONDIN

VEDECOM a le plaisir de vous annoncer la soutenance de thèse de Maxime REDONDIN intitulée « Approches de classifications à partir de données fortement censurées pour l’analyse de fiabilité et la définition de stratégies de maintenance. Application aux marquages routiers dans un contexte de véhicules autonomes »

La soutenance s’est tenue le jeudi 13 décembre à l’IFSTTAR – à Marne-la-Vallée.

JURY
Cette soutenance a eu lieu de avant le jury :
Directeur : Laurent BOUILLAUT, Chargé de Recherche HDR (IFSTTAR)
Encadrant : Dimitri DAUCHER, Chargé de Recherche (IFSTTAR)
Rapporteur : Anne GEGOUT-PETIT, Professeure (Université de Lorraine)
Rapporteur : Bruno CASTANIER, Professeur (Université d’Angers)
Examinateur : Arnaud DE LA FORTELLE, Directeur du Centre CAOR (Mines ParisTech)
Examinateur : Allou SAME, Chargé de Recherche HDR (IFSTTAR)
Examinateur : Pierre CHARBONNIER, Directeur de recherche (Cerema Est)
Invité : Nadège FAUL, Chef de projet (VEDECOM)

RESUME

La qualité et la fiabilité des infrastructures routières jouent un rôle majeur dans la sécurité. Cela est d’autant plus vrai lorsque l’on s’intéresse à la circulation de véhicules autonomes qui doivent être capables à terme de circuler seuls dans l’environnement routier. Les récents travaux menés au sein de VEDECOM montrent qu’une signalisation horizontale routière claire et visible est importante dans sa prise de décision. La détection des lignes de marquage est en grande partie réalisée par des caméras. Afin d’optimiser cette approche et prévenir les situations de non détection, cette thèse propose des outils d’analyse de fiabilité et d’aide à la maintenance de la signalisation horizontale. Aujourd’hui, la fiabilité des marquages est basée sur le phénomène de rétro-réflexion : un véhicule éclaire avec ses feux de croisement un marquage qui renvoie une partie de la lumière émise vers le conducteur. Pour établir son niveau de dégradation, des campagnes d’inspection sont réalisées par des rétro-réflectomètres montés sur des véhicules traceurs. La littérature des trente dernières années présente essentiellement des modèles de dé- gradation basés sur des méthodes de régression. Ces dernières présentent de nombreuses difficultés à être déployées dans le cadre d’un plan de maintenance. Cette thèse propose d’aborder ces questions sous l’angle de la théorie de la fiabilité et de la maintenance tout en tenant compte des pratiques actuelles. Une ligne de marquage est ici interprétée comme un système multi-composants montés en parallèle que cette thèse propose d’analyser en quatre points.

  1. L’ensemble des inspections est formalisé en une base de suivi. Si des don- nées sont manquantes et si l’historique de maintenance est indisponible, alors différentes approches basées sur une Classification Ascendante Hiérarchique (CAH) sont proposées afin de les estimer.
  2. L’entretien de la totalité d’une ligne est logistiquement délicat. Une CAH de la base de suivi a pour fonction d’établir les marquages suivant un même modèle de dégradation. Les clusters sont géographiquement localisés et corrélés à des situations précises comme un échangeur ou une agglomération. Pour ces raisons, ils sont interprétés comme des zones de maintenance stratégiques.
  3. Une analyse de Weibull des marquages est proposée. Les rétro-réflectomètres n’indiquent pas précisément les instants de défaillance. Ils sont statistiquement censurés à gauche, à droite ou par intervalle. En alternative à la méthode du Maximum de Vraisemblance, une approche basée sur un algorithme EM est proposé afin d’établir le modèle de Weibull décrivant la loi de survie des marquages et les censures estimées les plus vraisemblables.
  4. Deux stratégies de remplacement sont proposées : systématique par rapport à l’âge et conditionnée par la dégradation courante. Ces stratégies sont adaptées de façon à être en adéquation avec les pratiques de maintenance de ce secteur industriel. La première permet une gestion passive de l’entretien tandis que la seconde permet une connaissance avancée de la ligne de marquage dans le temps.
Articles récents :

VEDECOM contribue à la première formation diplômante Aspects juridiques des véhicules autonomes

Avec la loi PACTE[1], actuellement débattue au Parlement, et la Loi d’orientation des mobilités[2], prévue pour début 2019, le déploiement des véhicules à conduite déléguée passe à la vitesse supérieure. La Faculté de droit et de science politique d’Aix-Marseille Université, avec la contribution de l’Institut VEDECOM, lance la première formation diplômante Aspects juridiques des véhicules autonomes. Qui est pénalement responsable en cas d’accident ? Qui assure les risques ? Qui indemnise les victimes ? Cette formation unique en son genre permet de répondre aux nombreuses questions juridiques que pose le développement des véhicules autonomes. L’objectif est de former des juristes et toute personne amenée à traiter des questions de responsabilités liées à l’utilisation des véhicules autonomes. A la clef pour les étudiants, un Certificat d’Etudes Supérieures Universitaires (CESU).

Des enseignements concrets et prospectifs
Grâce à une équipe composée de professeurs universitaires et d’experts VEDECOM, la formation permet d’acquérir un socle de connaissances techniques et juridiques essentielles pour le traitement des dossiers mettant en cause des véhicules autonomes, mais aussi les véhicules à conduite déléguée déjà existants. Destiné à des étudiants de niveau Master 1, en formation initiale ou continue, le cursus comprend 79 heures d’enseignement dispensées entre janvier et juin 2019, soit deux journées par mois, principalement à l’Institut des Assurances d’Aix-Marseille. Une journée de formation sur les pistes de l’UTAC à Montlhéry est également prévue. Les étudiants ont aussi l’opportunité de participer à un projet tutoré de résolution d’un procès du véhicule autonome. La résolution de ce procès sera présentée lors d’un colloque ouvert au public.

Se former pour se connecter aux réalités du véhicule autonome
Entendu comme le véhicule à conduite déléguée au sein duquel le conducteur transfère tout ou partie de la charge de conduite à un système, le véhicule autonome suscite de nombreuses interrogations. Si la route est encore longue avant le déploiement du véhicule du futur complètement autonome, le diplôme universitaire Aspects juridiques des véhicules autonomes a pour ambition de dresser un état de l’art du droit existant applicable à la délégation de conduite, des conditions d’expérimentation requises à l’établissement des responsabilités en cas d’accident. L’enjeu est de former les étudiants pour qu’ils développent un panel de compétences leur permettant par exemple de définir le véhicule autonome et les responsabilités civiles et pénales en cas d’accident, d’exposer les politiques publiques européennes et internationales ou encore de comprendre et négocier le contrat d’assurance automobile du véhicule équipé de fonction de délégation de conduite.

Favoriser l’interactivité pour maîtriser les nouvelles mobilités
Alors que les innovations technologiques et les nouveaux concepts de mobilité ne cessent de se multiplier, se former pour mieux en comprendre les enjeux et les usages devient une nécessité. Fort de sa structure collaborative et de ses partenariats, l’Institut VEDECOM propose des formations pédagogiques, ludiques et interactives pour se former aux nouvelles mobilités durables, efficientes et sûres. Ces formations portent une vision globale des mobilités dans les trois domaines d’expertise de l’institut : l’électrification des véhicules, la délégation de conduite et connectivité, la mobilité et l’énergie partagées. Grâce à des outils numériques et physiques, les apprenants expérimentent les nouvelles mobilités. Ils ont l’occasion de visiter des laboratoires de recherche, de tester le véhicule autonome. Ils ont aussi accès à des plateformes numériques pour approfondir leurs connaissances avec des méthodes ludiques et pédagogiques.

[1] L’article 43 prévoit de rendre possible pratiquement toutes les formes d’expérimentations de véhicules autonomes
[2] Cette loi doit permettre la délégation de conduite hors du cadre des expérimentations

Télécharger le communiqué de presse

Articles récents :

VEDECOM inaugure son service de navettes autonomes et connectées

Ce lundi 10 décembre 2018, l’Institut s’installe de manière concrète au cœur du cluster des mobilités de Satory en inaugurant ses navettes autonomes. Le déploiement des véhicules autonomes passe à la vitesse supérieure.
Mis en œuvre par VEDECOM Tech, VEDECOM et Paris-Saclay et opéré par Transdev, ce service bénéficie de multiples soutiens : la Région Ile-de-France, Versailles Grand Parc, le Département des Yvelines, le Secrétariat Général pour l’Investissement et le programme d’Investissements d’Avenir « Ville de Demain » géré par la Banque des Territoires.

Pour la première fois en France, le plateau de Satory situé à Versailles dans les Yvelines, accueille un service de navettes autonomes EZ10 sur route ouverte avec perception étendue.
Ces dernières, issues de la technologie d’EasyMile, répondent à la fois aux besoins des passagers et de la Recherche : elles améliorent la mobilité du quotidien en garantissant la desserte du dernier kilomètre ; elles constituent également un véritable outil d’observation et de recherche sur la mobilité.

Pour en savoir plus, télécharger le communiqué de presse en cliquant ici.

Articles récents :

VEDECOM a le plaisir de vous annoncer la soutenance de thèse de Elsa YOUSFI

VEDECOM a le plaisir de vous annoncer la soutenance de thèse de Elsa YOUSFI intitulée « « Conscience de la situation et performances de conduite lors de la reprise en main en conduite automobile déléguée ». La soutenance se tiendra le 4 décembre prochain à la Cité des Sciences et de l’industrie à Paris.

JURY
Cette soutenance aura eu lieu de avant le jury :
Christian BASTIEN : Examinateur
Thierry BELLET : Encadrant
Serge BOVERIE : Rapporteur
Ebru Burcu DOGAN : Encadrante
Anne GUILLAUME : Directrice de thèse
Sandra JHEAN : Rapporteuse
Charles TIJUS : Directeur de thèse
Isabelle URDAPILLETA : Examinatrice

RESUME
Cette thèse s’inscrit dans un contexte de développement des fonctions automatisées conditionnelles qui devraient permettre de déléguer le contrôle du véhicule et de détourner son attention de la scène routière pour s’engager dans des activités de vie à bord.
Ceci réduira la conscience de la situation sur laquelle le conducteur se base pour adapter dynamiquement ses prises de décision aux contraintes de la situation.
Néanmoins, si les capacités de la fonction automatisée sont excédées, une demande de reprise en main sera faite au conducteur qui devra reconstruire sa conscience de la situation pour garantir la sécurité des reprises en main.
En outre, la littérature met en évidence une dégradation de la performance de conduite si le contexte de reprise en main implique un événement critique.
L’objectif de cette thèse est l’étude de la conscience de la situation et la performance de conduite lors de reprises en main. Les situations étudiées, sur simulateur de conduite, varient par la nature de l’événement critique rencontré et par le budget temporel alloué au conducteur. Les données étudiées sont issues de questionnaires, de l’analyse de la performance de conduite, et de l’oculométrie. Une diminution des performances de conduite et de la conscience de la situation suite à la reprise en main est observée. De plus, nos données mettent en évidence des interactions entre la reconstruction de la conscience de la situation et les stratégies de désactivation, modulées par le budget temporel.
Les résultats de cette thèse sont discutés pour alimenter les modèles de reprise en main de la littérature et au regard de leurs implications pour la conception des fonctions automatisées.

Articles récents :

Avec Altaïr Mobilités, VEDECOM met l’intelligence artificielle au service des collectivités locales

VEDECOM présentera Altaïr Mobilités au Salon des Maires : une innovation technologique pour analyser et visualiser les mobilités dans les territoires.

Le nouvel outil d’aide à la décision Altaïr Mobilités analyse les besoins en mobilité sur un territoire donné. Les collectivités peuvent ainsi acquérir une connaissance fine de la mobilité sur leur territoire, décider et évaluer des aménagements. Issu de technologies d’intelligence artificielle, il sera présenté lors du Salon des Maires et des Collectivités locales du 20 au 22 novembre 2018, hall 3 stand G77.

Visualiser l’ensemble des flux de mobilités
Données GPS des voitures, démographie, réseaux de transport, etc. ; les sources de données sont de plus en plus variées et diversifiées. Pour profiter de leur complémentarité, Altaïr Mobilités développe un modèle scientifique permettant de fusionner l’ensemble de ces données.

Des résultats par tranches de 30 minutes
L’objectif : obtenir un outil multi-source permettant aux collectivités d’identifier les relations qui existent entre un territoire donné et les individus. Grâce à une interface de visualisation, les collectivités locales peuvent observer sur une carte interactive l’ensemble des déplacements effectués sur leur territoire pendant une journée type de 24 heures. Des résultats par tranches de 30 minutes représentent les motifs de déplacements, la part modale (voiture vs transports en commun vs deux roues motorisés vs nouvelles mobilités), ainsi que la classe socio-professionnelle et l’âge des individus. Altaïr Mobilités va plus loin que les analyses classiques en prenant notamment en compte des motifs inédits comme par exemple les déplacements liés aux loisirs ou aux achats.

Pour voir une démonstration d’Altaïr Mobilités, rendez-vous sur le stand VEDECOM au Salon des Maires. Des présentations complètes seront proposées tous les jours à 10h30 et 15h30.

VEDECOM au service des collectivités
Grâce au travail et à l’expertise de ses 120 chercheurs, ingénieurs et chefs projets et de ses 45 doctorants sur une grande variété de problématiques liées à la mobilité, VEDECOM est en mesure d’accompagner les collectivités territoriales, de l’identification des enjeux de mobilité à la proposition d’un service adapté, en passant par l’aide à la décision : outils et modules pédagogiques, aide à la rédaction de cahiers des charges, mise en place d’expérimentations impliquant des véhicules autonomes, des services, des applications numériques et des infrastructures adaptées.

RV Stand G77, Hall 3, Paris Porte de Versailles
Présentations tous les jours à 10h30 et 15h30.

Plus d’infos dans l’invitation presse

 

Articles récents :