PROJECT HISTORY – Paving the way for hybrid, secure and cooperative communications

VEDECOM’s “New hybrid, secure and cooperative communications” team, led by Dr.-HdR. Oyunchimeg Shagdar and supported by a network of partners, undertakes research around secure communication channels between vehicles and their environment (V2X): a major issue for vehicles of the future. Interview with Ahmed Soua, a V2X-5G researcher, who agreed to tell us more about the team’s challenges and victories.

What does the project involve?

Our team is conducting research into the field of wireless vehicular communications (V2X): vehicle-to-vehicle (V2V), vehicle-to-infrastructure (V2I), vehicle-to-network (V2N), and vehicle-to-pedestrian (V2P) communications. We are working on their specifications and the design of both reliable and secure solutions. Our team consists of approximately twenty people who were trained in the fields of telecommunications, networks, computing, signal processing and embedded systems. Our research focuses on everything from the design of V2X communication solutions to their standardization, including the augmented perception brought by IoT and also cybersecurity with atypical pattern detection. To simulate the reliability and performance of hybrid communications, we have designed a demo platform that is being marketed by VEDECOM Tech.

What is at stake with this project?

Our goal is to identify and design optimal V2X communication solutions, while ensuring that they are agile and, above all, secure with respect to the flow of information which they carry, and which contributes to road safety. We must bring all stakeholders together around this one goal in order to define data exchange protocols.

The specific aspect of our activities is really to work collaboratively with an entire ecosystem of industrialists and academics: Renault, PSA, VALEO, ATOS, Marben, Transdev, YoGoKo, Neavia, Vinci Autoroutes, FARECO, ECE Paris, UVSQ, INRIA, System-X and also the UTAC CERAM.

What are the project’s main difficulties and challenges?

We have 5 main challenges. Of course, there is not only the matter of technology selection, but also the question of scalability, namely finding ways to prevent network congestion with increasing system load. There are interoperability and cybersecurity issues as well. Finally, there are data exchange issues relevant to cooperative insights: the aim here is to find a way to merge sensor data from different vehicles or roadside equipment with the data received and sent through wireless networks.

In the coming years, we will also face two further challenges. We will need to adapt 5G and integrate it into our research on hybrid communications.

What successes and high points have you encountered thus far?

We recently presented several demonstrations, which were all very successful. During the mobilité@VEDECOM day on 11 April 2019, we demonstrated the cooperation of two communication technologies via our simulation platform. The inauguration of the Paris-Saclay Autonomous Lab test on 15 May 2019 was also a very significant moment. It affirmed the importance and relevance of our work in terms of interoperability and facilities. For the first time and alongside our partners Renault and Transdev, we were able to present a comprehensive autonomous transport system that was fully functional thanks to the infrastructure. Finally, the HDR (accreditation to supervise research) of Oyunchimeg Shagdar, on 6 September 2018, which took place at the Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, was a highlight for our entire team: it represented a true recognition of our work and our research findings.

What does this project bring to the world of mobility?

We strive to promote our scientific output: not just demonstrations, but also prototypes, patents, publications, and participation in international conferences and workshops. We recently gave a demonstration of our platform simulation units at the inauguration of the TEQMO site,the UTAC-CERAM vehicle testing and certification centre.

Besides our members who have access to these findings, our commercial subsidiary VEDECOM Tech will be able to market this platform to any companies that might be interested. Designed by VEDECOM in partnership with Marben, it consists of some 40 units that simulate the behaviour of a connected vehicle in different use scenarios: it is used to test prototype vehicles on tracks, especially at UTAC-CERAM. It also contributes to the Institute’s progress on European projects, such as the 5G-MOBIX project, which unites over 50 partners to demonstrate 5G’s contribution to vehicular communications.

 

Articles récents :

No Results Found

The page you requested could not be found. Try refining your search, or use the navigation above to locate the post.

Testing et homologation du véhicule autonome* : l’étape vitale d’une industrie d’avenir

Alors que la date d’arrivée des véhicules autonomes sur les routes publiques approche à grands pas –certains constructeurs tels PSA parlent déjà d’une arrivée dès 2020-, la question de l’homologation des véhicules à conduite déléguée a très vite émergé. Du fait de la délégation de la responsabilité au véhicule et à l’absence potentielle de conducteur, l’homologation des véhicules autonomes pose de nombreux et nouveaux enjeux, que nous allons décrypter dans cet article.

Le véhicule autonome doit encore convaincre

A ce jour, le véhicule autonome doit convaincre et démontrer sa sécurité d‘abord aux autorités homologatrices, qui valideront sa conformité aux futurs réglementations techniques, et qui l’autoriseront à circuler, mais aussi auprès des populations. L’arrivée des véhicules autonomes devrait pourtant permettre une amélioration de la sécurité sur les routes : plus de 90% des accidents sont ainsi dus à une erreur humaine. Cette méfiance peut s’expliquer par le plaisir et la sensation de liberté que de nombreux conducteurs associent à la conduite, mais aussi parce que les conducteurs rechignent à confier leur vie aux mains d’une intelligence embarquée.

Or, en sus des freins évoqués précédemment, le moindre accident impliquant un véhicule autonome est immanquablement médiatisé. De ce fait, il est fondamental pour les industriels du secteur automobile de démontrer la fiabilité de leurs véhicules et que ces stéréotypes sont hors de propos. C’est justement là que les procédures de testing et d’homologation vont jouer un rôle fondamental pour rassurer et convaincre les autorités homologatrices comme les consommateurs de la fiabilité des véhicules autonomes.

De plus, l’affaire du Dieselgate a fait vaciller la confiance de nombreux citoyens européens dans les procédures d’homologation de leurs véhicules. Pour couper court aux polémiques nées de ces affaires impliquant le secteur automobile, le parlement européen a décidé de réagir en imposant une nouvelle reglementation et donc une nouvelle procédure d’homologation .

De leur côté, les véhicules autonomes ont encore tout à démontrer en matière d’essais. Comme le soulignait Laurent Benoit, le directeur de l’UTAC-CERAM, “le véhicule autonome demande un vrai travail de fond avec une très forte exigence de sécurité de fonctionnement“.

Partenaire des pouvoirs publics français, l’UTAC CERAM est l’organisme francais chargé de procéder aux essais de conformité des véhicules (et de leurs équipements) avec la réglementation. 

Des moyens d’essais et une procédure d’homologation en cours de construction

Préalable à toute immatriculation et commercialisation d’un nouveau modèle, la phase de testing et d’homologation constitue une étape indispensable au déploiement d’un véhicule sur le marché. Cette procédure essentielle vise à vérifier que le véhicule respecte les règlementations techniques automobiles en vigueur en matière de sécurité, direction, freinage, mais aussi de signalisation et d’éclairage. Seul ce précieux sésame permet à un véhicule de circuler sur les routes publiques et les véhicules autonomes ne feront pas exception à la règle.

Point spécifique à l’Union Européenne, depuis 1990, l’homologation d’un véhicule par un Etat-membre via un service technique national (exemple comme l’UTAC en France) vaut pour l’ensemble de l’UE.

Un premier règlement devrait entrer en vigueur en avril 2018 et permettre d’homologuer deux premières fonctionnalités : le parking automatique et l’assistance sur autoroute. Un second règlement est attendu fin 2018-début 2019 et devrait permettre l’homologation de la conduite autonome sur autoroute. Ces règlements définissent des exigences en matière de sécurité, de manœuvres d’urgence, de temps de reprise en main, de driver monitoring et d’IHM etc. À noter que la nouvelle réglementation pourrait comprendre une sévérisation de l’audit de sureté de fonctionnement et l’ajout d’une boite noire comme pour les avions dans les véhicules. Elle prendra également en compte les conclusions des accidents intervenus ces derniers mois et ayant impliqués des véhicules semi-autonomes pour aller dans le sens d’une plus grande sécurité des usagers.

Comme pour tout véhicule, l’homologation des véhicules autonomes est précédée par plusieurs années d’essais et de mise au point au cours desquels ces derniers seront confrontés et testés dans un environnement complexe : routes encombrées, conditions météorologiques difficiles, présence de différents formats de véhicule, prise de décision dans des délais courts. On a ainsi vu l’émergence de nouvelles problématiques de test ces dernières années -méthodologies, scénarios, équipements d’essais-. Ces scénarios permettront de mettre au point les véhicules afin qu’ils respectent toutes les exigences de sécurité (réglementation technique automobile) et du code de la route (lois et Convention de Vienne).

Découvrir le testing et l’homologation du véhicule autonome

A la pointe de la recherche et de la formation sur le véhicule autonome, l’Institut de recherche Vedecom contribue aux travaux de réflexion et d’organisation des moyens d’essai et d’homologation des véhicules autonomes. Afin de partager ses travaux, Vedecom s’est associé à l’UTAC CERAM pour créer une formation dédiée à cette question.

Cette formation d’une journée et demie allie approche théorique et approche pratique : analyse de la réglementation existante et en cours de construction, procédures de réception des véhicules, protocoles et moyens d’essai, évaluations Euro NCAP et navettes autonomes. Cet atelier pratique vous permettra de visualiser plus concrètement les problématiques abordées dans le premier module et de découvrir comment seront testés et homologués les véhicules autonomes de demain.

Pour en savoir plus sur notre formation, consultez notre catalogue de formations.

 

*« véhicule à conduite déléguée » selon la loi de transition énergétique de 2015

Articles récents :

No Results Found

The page you requested could not be found. Try refining your search, or use the navigation above to locate the post.