Regards croisés sur le véhicule autonome

VEDECOM participera au congrès Regards Croisés sur les mobilités autonomes 2022.  Ce congrès aura lieu les 15 et 16 novembre 2022 en distanciel.

Stéphanie Coeugnet, Directrice R&D du domaine Nouvelles Solutions de Mobilité et Energies Partagées, interviendra à 14h40 lors de la table-ronde: « Mythes et réalités de la mobilité autonome en territoire rural ».

Stéphanie Coeugnet interviendra aux côtés de Cédric Szabo, directeur de l’Association des Maires Ruraux de France (AMRF) sur la thématique ‘Les besoins des territoires et les usages en matière de mobilité autonome : quelle acceptabilité des Français et des élus locaux ? »

Plus d’informations dans le site de la SIA

2ème édition du baromètre Véhicule Autonome VEDECOM & MACIF

3 Français sur 4 plébiscitent le véhicule autonome, qui pourrait jouer un rôle décisif en zone rurale

La deuxième édition du baromètre VEDECOM & MACIF sur l’acceptabilité du véhicule autonome par les Français révèle qu’ils sont 73% à avoir une attitude positive vis-à-vis de ce mode de déplacement, en progression de 3 points par rapport à 2020 (équivalent à environ 2 millions de personnes si on le rapporte à la population française).

En 2020, les Français avaient une perception positive du véhicule automatisé, à condition que celui-ci soit introduit dans un contexte de préservation de l’environnement et d’amélioration de la mobilité inclusive. Avec le développement des expérimentations de mobilité autonome sur le territoire, la perception des Français a-t-elle évolué en 2021 ? Se projettent-ils dans un usage courant, partout et pour tous ? Qu’en attendent-ils finalement ?

« Mobilité pour tous, autonomie pour tous : c’est l’axe qui rythme les travaux que nous menons depuis 3 ans au sein de la communauté d’intérêt sur le véhicule autonome partagé. Le véhicule autonome doit d’abord répondre à un besoin de société avant d’être une technologie individuelle. C’est en ce sens que la navette autonome partagée permettra de redynamiser des territoires isolés en donnant accès à l’emploi, à la santé ou en rendant la mobilité accessible à tous. » Yann Arnaud, Directeur Réponses Besoins Sociétaires et Innovation à la Macif et Pilote de la Communauté d’intérêt sur le Véhicule Autonome.

 

Plus de 50% des Français prêts à le tester

Les répondants sont 18% à avoir déjà vu un véhicule automatisé soit 6% de plus qu’en 2020. De plus en plus nombreux à vouloir le tester, ils sont 5% à avoir eu l’occasion d’en utiliser un cette année (soit 2 points de plus qu’en 2020).

Plus d’un français sur deux (53,50%) affirme avoir l’intention de tester la mobilité autonome dans les années à venir (+ 11 pts) ; ils sont plus de 6 sur 10 à l’affirmer lorsqu’ils ont déjà vu un véhicule automatisé (+ 15 pts) et même plus de 7 sur 10 lorsqu’ils en ont déjà utilisé un (+ 10 pts). De manière générale, près de 4 Français sur 10 (39%) projettent d’utiliser régulièrement un véhicule autonome (+ 6 pts).

La navette autonome : un moyen de redynamiser les territoires reculés

Très attendu dans les territoires et notamment les zones rurales pour rendre des services au quotidien (ex. dessertes à la demande pour les seniors isolés ou livraisons du dernier kilomètre vers des zones d’activité), le véhicule autonome permettra enfin de rendre la mobilité accessible à tous. Une nouvelle manière de se déplacer ? Oui pour 67% des Français qui estiment que le véhicule autonome partagé permettra aux habitants des zones rurales de ne plus être dépendants de la voiture individuelle. Près de 3/4 d’entre eux pensent que des navettes autonomes partagées seraient utiles en zone rurale pour se rendre à des rendez-vous ou faire des courses et 2/3 pour se rendre dans la ville voisine, la gare la plus proche ou au travail.

La mobilité automatisée répondrait à une préoccupation qu’ont les Français pour les populations les plus fragiles. Elle serait utile en zone rurale pour les personnes âgées (pour 81% des interrogées), puis à 78% pour les personnes qui n’ont pas le permis, 74% pour celles qui n’ont pas de voiture ou encore les personnes à mobilité réduite (64%). Un Français sur deux serait également favorable au transport par navettes autonomes d’enfants et d’adolescents en zone rurale.

 

Aller à la rencontre de ceux qui en auront le plus l’utilité

 Bien qu’encore faible, la visibilité du véhicule autonome augmente sur tout le territoire, y compris chez les ruraux : 12% des habitants des zones rurales ont déjà vu un véhicule automatisé, un chiffre en hausse de 4 points par rapport à 2020, mais seulement 2% en ont utilisé un (+ 1 point) contre 7% des urbains (+ 2 points).

La visibilité du véhicule automatisé est plus élevée et augmente plus vite chez les jeunes, les citadins et les cadres : 24% des 18-24 ans ont vu un véhicule automatisé (+ 6 points), 23% des urbains (+ 7 points) et 22% des cadres (+ 4 points). Ces derniers sont plus de 8% à avoir déjà essayé un véhicule automatisé (+ 3 points). Il y a donc un équilibre pédagogique à retrouver entre citadins et populations rurales, mais aussi entre jeunes et personnes âgées.

Les chômeurs quant à eux sont seulement 3,5% à avoir essayé un véhicule automatisé. Avec une progression toutefois, puisque l’an dernier, aucun n’en avait essayé.

Infographie

Le véhicule autonome, perçu comme plus écologique pour 63% des répondants

L’autonomie des véhicules demeure associée aux énergies vertes car perçue comme plus écologique que le véhicule non autonome par près de 63% des répondants (+ 3 pts) ; 77 % (+ 7 pts) d’entre eux pensent même que le respect des normes écologiques sera obligatoire. 62% des Français perçoivent plus le côté écologique de la navette autonome partagée que pour les véhicules automatisés individuels, pour lequel ils émettent une réserve.

 

6 Français sur 10 se déclarent plus en sécurité dans un véhicule autonome

 La question de la confiance et de la sécurité est le second élément qui incite les Français à utiliser un véhicule autonome. D’ailleurs, comme l’année dernière, près de 6 Français sur 10 (57,80%) déclarent qu’ils se  sentiraient en sécurité dans un véhicule automatisé et plus de 5 sur 10 (54% ; + 2 pts) estiment que ce véhicule est fiable.

Les sondés envisagent d’utiliser un véhicule autonome dès lors qu’ils l’ont déjà vu ou testé au moins une fois. L’essayer c’est l’adopter !

Une confiance accrue chez les plus jeunes pour le niveau 3 – Plus de la moitié des Français déclare faire confiance au véhicule automatisé (plus d’1 répondant sur 2, + 3 pts). Belle progression de 14 points chez les 18-24 ans qui sont 41% à faire confiance au moins à une conduite automatisée limitée (i.e., niveau 3).

 

La mobilité autonome, symbole de liberté

Interrogés cette année sur les principaux éléments qui les inciteraient à utiliser un véhicule autonome en général, les Français évoquent en premier les possibilités de bien-être et de liberté qu’il apporte (41% des réponses). L’autonomie est associée au confort et à la sérénité, via les activités à bord qu’elle rend possible. La mobilité autonome partout et pour tous séduit aussi beaucoup les Français, qui se projettent déjà dans une utilisation concrète (ex. amélioration de la mobilité des personnes âgées et de la connexion entre les villes).

Toutefois, lorsque les Français ont le choix entre différents types de véhicules automatisés, ils préfèrent celui qui nécessite de pouvoir reprendre la main (niveau 3) afin, pour 55% d’entre eux, de garder la maîtrise et le contrôle de la voiture.

 

L’essayer serait donc bien l’adopter

Les résultats de cette deuxième édition montrent clairement que la mise sur le marché de véhicules automatisés, ainsi que les expérimentations de niveaux plus avancés, ont un impact : elles maintiennent la perception positive des Français et leur confiance donnée a priori, et renforcent leur sentiment de sécurité. Les indicateurs de visibilité et de perception confirment que les Français ont besoin de mieux connaître cette nouvelle forme de mobilité.

Infographie 3

Pour Eric Lebeau, Directeur Général de l’Institut VEDECOM, « cette deuxième enquête montre clairement le lien direct et positif entre expérimentation et acceptabilité du véhicule autonome : il est temps maintenant de passer au déploiement et à l’observation de véritables pilotes de services opérationnels. La côte de popularité du véhicule autonome s’améliore lentement mais sûrement, avec une forte attente pour des services partagés et électriques tels que les navettes, perçues comme plus écologiques et inclusives que le véhicule individuel. »

L’attente majeure se situe dans les zones rurales où la mobilité autonome prend tout son sens. L’offre de navettes autonomes y sera pertinente pour améliorer le maillage existant et donc les déplacements des habitants qui n’ont pas accès au véhicule personnel, apporter des services inédits, et encourager les autosolistes à des formules partagées.

« Reste à structurer une filière qui puisse répondre aux besoins des territoires, à la fois sur les volets études d’opportunité, de fourniture de véhicules, de services et d’infrastructures adaptées », conclut Eric Lebeau.

Méthodologie du Baromètre d’Acceptabilité VEDECOM & MACIF

Le Baromètre d’acceptabilité du Véhicule Automatisé (VA) a été réalisé auprès d’un panel représentatif de la population française (genre, âge, répartition géographique) constitué de 4 061 personnes. Le questionnaire a été administré du 18 au 28 octobre 2021. Les questions posées ont permis de récolter des données sur :
– le rapport au véhicule autonome et notamment les principaux freins et leviers à l’utilisation d’un véhicule automatisé
– le type de véhicule autonome préféré à choisir parmi 4 : Véhicule Personnel (VP) de niveau 3 (conduite autonome limitée), VP de niveau 4 (autonomie quasi complète), Robot taxi de niveau 5 (autonomie complète), Bus / navette autonome de niveau 5
– l’évaluation de l’acceptabilité des 4 véhicules incluant notamment la perception du VA en termes de sécurité, confiance, protection des données personnelles et attitudes (i.e. jugements sur la désirabilité d’un objet ou d’un comportement et/ou de ses conséquences, une attitude positive vis-à-vis du VA revient à le juger désirable alors qu’une attitude négative revient à le juger indésirable) et les raisons de ces choix
– des thèmes en lien avec les enjeux actuels : écologie, mobilité dans les zones rurales, énergie, livraisons
– les caractéristiques socio-démographiques des répondants et leur degré de technophilie (i.e., un technophile est une personne qui apprécie et/ou encourage les nouvelles technologies).
Le baromètre a été construit sur la base de l’édition précédente, de nouvelles études scientifiques et d’une série d’entretiens menés auprès des Français.

 

Télécharger le communiqué de presse Télécharger l’infographie (pdf 2 pages)

 

 

Retrouvez la Première édition du Baromètre réalisée en 2020

La France vitrine de la mobilité autonome européenne

Le démonstrateur NAVETTY est un service de mobilité en navettes autonomes sur un site représentatif d’une agglomération. Lancé en mai 2021, il sera opérationnel sans opérateur à bord dès 2022.

Une démonstration de 3 ans baptisée NAVETTY démarre sur le site industriel d’ArianeGroup aux Mureaux (78). Le projet de R&D NAVETTY est porté par VEDECOM, institut de recherche sur les mobilités du futur, ArianeGroup, Transdev Systèmes de Transport Autonome, EasyMile et le Conseil départemental des Yvelines, qui a investi massivement pour la réussite de ce projet.

Il a pour objectif de mettre en œuvre un service de mobilité avec des navettes électriques autonomes sans opérateur à bord sur un site représentatif de la complexité d’une agglomération.

Celui-ci sera supervisé à distance via un logiciel depuis un PCC local et s’appuiera sur une infrastructure routière connectée. Il s’agit d’une première étape primordiale et unique en Europe qui permettra de valider la technologie et le modèle économique, condition nécessaire pour le déploiement d’un service à grande échelle qui sera initié sur voies publiques en vallée de Seine.


Vue aérienne du site ArianeGroup Mureaux ©Mairie des Mureaux / Philippe Graindorge
Les navettes autonomes Navetty sont des EasyMile EZ10 ©ArianeGroupe

NAVETTY s’appuiera sur cinq axes de R&D. Le premier constitue l’enjeu principal du projet : après l’expérimentation de Satory avec des navettes à perception étendue avec opérateur à bord, sur route ouverte, il s’agira de passer en mode sans opérateur à bord, avec une supervision à distance. Les 4 autres axes de recherche sont la cybersécurité, la sûreté de fonctionnement du système de mobilité, les infrastructures connectées intelligentes et l’acceptabilité de l’écosystème.

Pour ce démonstrateur à grande échelle, le choix du site ArianeGroup des Mureaux, qui s’étend sur une surface de 92 ha, s’est révélé idéal car il réunit tous les éléments de complexité d’une agglomération urbaine : circulation routière et piétonne, ronds-points, intersections et stationnement. Un environnement qui doit permettre de préparer un futur passage à l’échelle urbaine. Ce service de navettes autonomes a été également conçu pour répondre aux besoins d’ArianeGroup pour faciliter l’accès à ses sites.

La supervision à distance : une technologie essentielle pour un passage en mode « sans opérateur à bord »

La mise en place d’un service de mobilité avec des véhicules autonomes sans opérateur à bord, qui présente la qualité de service et le niveau de sécurité requis, nécessite une nouvelle technologie permettant d’assurer la supervision par un opérateur à distance. Il s’agit du logiciel de Supervision de Flottes de Véhicules Autonomes développé par Transdev Systèmes de Transport Autonome. Celui-ci a trois fonctions principales : le management de la flotte, le monitoring du système et l’expérience client.
Au sein du PCC installé sur le site, des opérateurs de supervision de Transdev Ile-de-France seront présents afin de superviser le service en temps réel.

La cybersécurité et la sûreté de fonctionnement du système de mobilité : des requis préalables

La cybersécurité est au centre des recherches menées dans le cadre de ce projet. L’enjeu est d’assurer la sécurité du système de mobilité contre d’éventuels actes de malveillance.
En effet, les véhicules autonomes actuels embarquent des technologies permettant d’assurer la perception, la supervision et la décision d’une trajectoire. Ces facultés sont rendues possibles grâce à des capteurs et des unités de traitement et de calcul qui doivent être parfaitement sécurisés pour le transport de passagers.

Gestion autonome de passage des ronds-points : une étape technologique majeure

L’infrastructure connectée et intelligente mise en place au niveau des carrefours et ronds-points est développée par VEDECOM. Le but est de gérer de manière plus efficace le passage d’un rond-point par une navette. L’infrastructure sera capable d’analyser l’activité des véhicules et des utilisateurs du rond-point sur ses axes d’entrée et de sortie, ainsi que de transmettre des autorisations aux navettes afin de permettre une meilleure gestion du passage du rond-point, avec fluidité et en toute sécurité : autorisation ou interdiction de s’engager dans le rond-point, proposition d’une trajectoire optimale.

L’acceptabilité de l’écosystème : un enjeu déterminant pour valider le modèle

Pour maximiser la réussite de ce service de mobilité autonome inédit, son acceptabilité constitue un enjeu déterminant. Les travaux réalisés par VEDECOM dans le cadre de ce projet s’attacheront à prendre en compte les avis des utilisateurs finaux, mais aussi ceux de l’ensemble des acteurs de l’écosystème dont les actions peuvent avoir un impact direct ou indirect sur le déroulement du service.

Plusieurs cas d’usage étudiés, du site industriel d’ArianeGroup aux gares et au Campus des Mureaux, via des zones urbaines et péri-urbaines

En parallèle des travaux de recherche, plusieurs cas d’usage vont être étudiés pour préparer le déploiement de navettes autonomes sur le territoire des Yvelines.

Cas d’usage 1 : service de navette autonome sans opérateur à bord, sur un site industriel représentatif d’une agglomération.

Le premier cas d’usage est la mise en opération d’un service de transport en navettes autonomes sur le site d’ArianeGroup aux Mureaux, site spécialisé dans la maîtrise d’œuvre et la conduite de grands programmes spatiaux civils et militaires incluant le développement d’Ariane 6.

Il s’agit de proposer pendant 3 ans un service de transport avec deux navettes autonomes. Le service démarrera en 2021. L’objectif est ensuite d’exploiter ce service sans opérateur à bord à partir de 2022. Ce site dont la superficie (50 bâtiments répartis sur 92 ha) et la fréquentation (2 700 personnes) sont comparables à celles d’un quartier d’une agglomération, constitue un lieu de démonstration idéal.

Cas d’usage 2 : service de navette autonome du « dernier kilomètre » pour relier une gare à un site industriel.

Un autre parcours sera analysé puis expérimenté pendant un temps limité au cours du projet, en concertation avec l’autorité organisatrice de mobilité. Celui-ci reliera la gare des Mureaux au site d’ArianeGroup qui se trouve à une distance de moins de 2 km.

Cas d’usage 3 et 4 : service de mobilité autonome en zone urbaine et péri-urbaine.

Deux autres parcours seront étudiés pour évaluer les conditions de faisabilité de la mise en place d’un service de mobilité en navettes autonomes, en zone urbaine et péri-urbaine, entre le Campus des Mureaux et la gare des Mureaux (cas 3) et entre la gare des Clairières de Verneuil et le site d’ArianeGroup (cas 4). Le Campus des Mureaux, un haut lieu de l’innovation en Île-de-France, attire des flux importants depuis et vers les gares et le site d’ArianeGroup. De plus, le flux entre la gare des Clairières de Verneuil et le site ArianeGroup est particulièrement important aux heures de pointe, car les trajets se font actuellement essentiellement en voiture.

NAVETTY, un projet partenarial sur le territoire des Yvelines

Les Yvelines étant le premier département automobile de France, le Conseil départemental des Yvelines soutient depuis son origine l’Institut VEDECOM, notamment à travers un financement de 20 millions d’euros de son programme de Recherche & Développement autour des mobilités innovantes (mobilité décarbonée, véhicule autonome…) faisant du Département le principal financeur public de l’Institut aux côtés de l’ANR.

Avec cette expérimentation, le Département des Yvelines confirme son soutien au redéveloppement industriel du territoire de Grand Paris Seine & Oise et renforce sa politique d’investissement dans les mobilités sur ce territoire (enveloppe financière d’environ 500 M€ dédiée aux grands projets de transports en commun ferrés et à la création d’infrastructures routières départementales).

Au-delà de l’intérêt technologique du projet, le Département entend aussi soutenir le mariage de l’expertise de l’industrie spatiale d’ArianeGroup en matière de systèmes complexes avec l’expertise d’acteurs de la mobilité autonome comme VEDECOM, Transdev Systèmes de Transport Autonome et EasyMile, dans une logique consistant à renforcer les liens entre les industries aéronautiques, technologiques et automobiles très présentes sur le territoire.

« Les Yvelines sont un territoire d’innovation et le lancement de cette expérimentation réaffirme notre volonté de développer les mobilités innovantes et durables sur notre Département. Je me réjouis de cette dynamique industrie / recherche. Mise au service des Yvelinois, elle s’apprête à révolutionner leur quotidien », déclare Pierre Bédier, président du Conseil départemental des Yvelines.

NAVETTY répond à l’ambition de VEDECOM de développer des technologies de rupture et une vision transversale des nouveaux usages, en coopération avec des acteurs industriels majeurs et par des mises en œuvre concrètes pour la collectivité. Il consacre plus d’un tiers de son activité à la R&D sur le véhicule autonome et connecté et un autre tiers à celle sur le véhicule électrique. Il a développé une expertise interdisciplinaire sur la thématique du véhicule autonome, rendue visible par un certain nombre de premières en France et en Europe, telles que la première démonstration de véhicule autonome de niveau 4 en Europe sur route ouverte (7 km) à Bordeaux en 2015, ou la première démonstration de service autonome à la demande sans chauffeur, avec interface client et supervision à distance, sur zone frontalière, à Strasbourg en 2017. De ce fait, il contribue activement à la Stratégie Française sur le Véhicule Autonome. Il a lancé en novembre 2020, avec ses partenaires, le premier baromètre mondial sur l’acceptabilité du véhicule autonome.

Pour Philippe Watteau, Directeur Général de VEDECOM, « ce projet porte un double enjeu, à la fois technologique et social : accélérer le passage de la recherche appliquée sur le véhicule électrique et autonome, à la mise en œuvre opérationnelle ; apporter de vrais services aux populations, dans des zones excentrées où les coûts de transport traditionnel sont trop élevés. VEDECOM y jouera aussi pleinement son rôle : un rôle de fédérateur public/privé, et un rôle de soutien au développement économique d’industries françaises »

Le montage du projet NAVETTY

Le projet, piloté par VEDECOM, est porté et financé par quatre partenaires via un contrat de consortium entre VEDECOM, ArianeGroup, Transdev Systèmes de Transport Autonomes et EasyMile. Le Département des Yvelines apporte également un soutien de 2,5M€ à ce projet, faisant de lui le principal financeur.

ArianeGroup mettra à disposition son site des Mureaux, dans les Yvelines, au service de l’écosystème de la mobilité autonome pour accueillir l’expérimentation in-situ, étudier une solution aux problématiques de mobilité et contribuer à la diminution de l’empreinte carbone. Outre les premiers et derniers kilomètres en interconnexion des gares, l’expérimentation doit faciliter la fluidité des déplacements des salariés et visiteurs entre les bâtiments, et limiter l’usage des véhicules individuels sur le site. Une évaluation de ce cas pilote pourrait permettre d’étudier un déploiement à plus grande échelle sur d’autres sites ArianeGroup.

« Innovation technologique et responsabilité environnementale sont au cœur des savoir-faire spatiaux d’ArianeGroup. En tant que leader européen de l’accès à l’espace, nous contribuons quotidiennement à améliorer la vie sur Terre, et c’est donc à la fois une fierté et une évidence de mettre notre site à disposition pour cette expérimentation », a expliqué Hugues Emont, directeur du site ArianeGroup des Mureaux.

Transdev Systèmes de Transport Autonome est intégrateur de systèmes de transport autonomes, comprenant la supervision, les véhicules autonomes et l’infrastructure connectée. Transdev Systèmes de Transport Autonome fournit des outils technologiques et des services d’ingénierie aux opérateurs locaux et aux villes, pour l’exploitation quotidienne de services de mobilité autonome à grande échelle. Grâce à Transdev Systèmes de Transport Autonome, Transdev est leader dans l’exploitation de services de mobilité autonome, avec plus de 3,5 millions de personnes transportées en véhicules autonomes partagés dans le monde.

« Ce nouveau projet va nous permettre, avec nos partenaires, de franchir une nouvelle étape significative dans le développement de la mobilité autonome et la préparation d’un modèle économique et social efficient. Nous sommes convaincus du rôle central de la supervision dans le cadre de l’opération de services de mobilité autonome sans opérateur à bord, et nous sommes fiers de pouvoir l’expérimenter sur le site d’ArianeGroup aux Mureaux », indique Patricia Villoslada, Directrice de Transdev Systèmes de Transport Autonome.

EasyMile, fort de son expérience reconnue dans les solutions de mobilité autonomes, propose de fournir les navettes nécessaires à la mise en place de ce projet et les services associés. Depuis le premier jour, EasyMile s’emploie à développer des solutions sûres et performantes pour déployer des véhicules autonomes de niveau 4. La majorité des plus de 300 déploiements réalisés par EasyMile avec sa navette EZ10 ont été réalisés sur route ouverte, mais les réglementations locales à travers le monde obligent la présence d’un opérateur de sécurité à bord des navettes. EasyMile est donc particulièrement intéressé par le projet afin de pouvoir tester et améliorer le déploiement et la gestion d’une opération sans opérateur à bord dans un environnement complexe et représentatif d’une agglomération.

« Ma vision sur les véhicules autonomes est la suivante. Le transport public autonome arrive et arrivera bien avant les voitures et les taxis sans chauffeur. La relative simplicité d’un service de transport en commun le rend idéal pour la technologie autonome déclare Gilbert Gagnaire, Président Fondateur d’EasyMile. Aujourd’hui, avec ce projet unique, nous passons à une étape supérieure dans le déploiement de notre technologie, qui nous permettra d’expérimenter un service sans opérateur en environnement réaliste, et ainsi apporter de nouvelles solutions de mobilité pour de futures applications similaires ».

Télécharger le PDF du communiqué de presse

Voir la vidéo de présentation du projet Navetty