La sécurité routière de demain avec VEDECOM et ADScene

Sécurité Routière de Demain :
Le projet MOOVE de VEDECOM et ADScene sont des éléments clés de la sureté des véhicules automatisés.

Dans la quête indispensable de solutions pour une conduite automatisée sûre, la plateforme ADScene est un outil industriel de validation et d’homologation des systèmes ADAS (Advanced Driver Assistance Systems) et AD (Autonomous Driving), à travers une base de scénarios et de solutions de simulation numérique.

Un Défi Majeur pour l’Industrie Automobile

La sécurité demeure la priorité absolue dans le développement des véhicules automatisés. Face à la complexité des environnements routiers et des situations de conduite, ADScene s’appuie sur une base de connaissance riche et incontournable, tirée d’un programme de collecte et d’analyse de situations réelles.

Le projet MOOVE de Vedecom : du réel au jumeau numérique

MOOVE se distingue par sa collecte massive de données en circulation et sa capacité à identifier et à analyser les scénarios de conduite à partir de ces données réelles. Grâce à des algorithmes finement ajustés, perfectionnés et adaptés à des collectes de différents partenaires, MOOVE extrait des situations concrètes de la vie quotidienne sur la route. Ces morceaux de vie sont traduits en données numériques et enrichissent ainsi la base de données de scénarios d’ADScene.

L’Expertise en Intelligence Artificielle de VEDECOM : Le Projet MOOVE4.0

Avec les dernières techniques d’intelligence artificielle, Vedecom avec son projet MOOVE4.0 étend la base de connaissance d’ADScene en listant l’ensemble des typologies de scénarios prévisibles, en décelant toutes les variabilités de ces situations et en proposant des solutions innovantes et optimisées d’exploitation de cette vaste base de données de scénarios.

Contribuer à un Avenir Plus Sûr sur les Routes

En collaborant étroitement avec ADScene, VEDECOM s’engage à façonner un avenir où la conduite automatisée est synonyme de sécurité accrue. Grâce à des projets novateurs comme MOOVE4.0, VEDECOM continue à repousser les frontières de l’innovation pour soutenir cette mission à fort enjeu.

À propos de VEDECOM

L’Institut pour la Transition Énergétique (ITE) VEDECOM est missionné par l’État pour soutenir l’innovation technologique et les filières industrielles françaises engagées dans les mobilités du futur. Fondé sur une collaboration inédite d’une trentaine d’acteurs, il rassemble établissements académiques, collectivités territoriales et différents acteurs privés : automobile, transport public et mobilité, logistique, infrastructures de la route, télécommunications, énergie, aéronautique et défense, services numériques et simulation, assurance. Créé en 2014 dans le cadre du Programme Investir l’Avenir (PIA), l’Institut fait partie des 15 instituts de recherche rassemblés au sein de FIT, French Institutes of Technology. Il compte 80 collaborateurs en 2023. VEDECOM a produit plus de 650 publications et 80 thèses, et formé plus de 2,500 personnes dans le cadre de son programme formation. Le baromètre est issu du projet ANIMA, cofinancé par l’ANR au titre du Plan d’Investissement d’Avenir, MACIF, MOVIN’ON, RENAULT, STELLANTIS, VALEO et CONTINENTAL.  Plus d’infos sur www.vedecom.fr

Contact presse : Elisa Diogo –  communication@vedecom.fr

Salon Demain, Mais en Mieux ! 2024

L’Institut VEDECOM était présent lors du salon Demain, Mais en Mieux ! dans le cadre du festival Yggdrasil

Les 3 et 4 février derniers, l’Institut VEDECOM était présent à l’exposition immersive Demain, mais en mieux !
Ce week-end dédié aux sciences a été l’occasion pour nos équipes de présenter leurs dernières avancées auprès du grand public dans une ambiance futuriste et intrigante !

Au programme :
• L’Acceptabilité
• La mobilité automatisée et le handicap
• Explorez l’univers des droïdes automatisée
• La simulation du trafic urbain
• Les centres de mobilités et créez votre propre maquette

Nos équipes ont été ravies d’intéragir avec un public curieux réunissant petits et grands autour de différentes thématiques clés des recherches menées au sein de l’Institut.

Pour en savoir plus sur le salon : Le Concept – DMEM24 – Festival Yggdrasil

À propos de VEDECOM

L’Institut pour la Transition Énergétique (ITE) VEDECOM est missionné par l’État pour soutenir l’innovation technologique et les filières industrielles françaises engagées dans les mobilités du futur. Fondé sur une collaboration inédite d’une trentaine d’acteurs, il rassemble établissements académiques, collectivités territoriales et différents acteurs privés : automobile, transport public et mobilité, logistique, infrastructures de la route, télécommunications, énergie, aéronautique et défense, services numériques et simulation, assurance. Créé en 2014 dans le cadre du Programme Investir l’Avenir (PIA), l’Institut fait partie des 15 instituts de recherche rassemblés au sein de FIT, French Institutes of Technology. Il compte 80 collaborateurs en 2023. VEDECOM a produit plus de 650 publications et 80 thèses, et formé plus de 2,500 personnes dans le cadre de son programme formation. Le baromètre est issu du projet ANIMA, cofinancé par l’ANR au titre du Plan d’Investissement d’Avenir, MACIF, MOVIN’ON, RENAULT, STELLANTIS, VALEO et CONTINENTAL.  Plus d’infos sur www.vedecom.fr

Contact presse : Elisa Diogo –  communication@vedecom.fr 

 

Lancement du projet ZEV-UP

ZEV-UP : Présentation d’un véhicule électrique modulaire, économe et à zéro émission, doté d’un système de batterie interchangeable pour rendre la mobilité urbaine plus durable

Bruxelles, les 8 et 9 février 2024. Le projet ZEV-UP s’est officiellement lancé dans un voyage innovant vers une mobilité urbaine plus verte. Ce projet financé par l’Union Européenne vise à développer un véhicule à batterie électrique centré sur l’utilisateur, modulaire et entièrement zéro émission (BEV). Le véhicule ciblera le transport de passagers mais répondra également aux besoins de transport de marchandises. Le véhicule ZEV-UP est conçu pour intégrer un système de batterie interchangeable, offrant ainsi commodité, flexibilité et coûts opérationnels réduits. Ce véhicule électrique adaptable et économe vise à redéfinir l’électromobilité, ouvrant la voie à un paysage de transport plus durable et adapté aux utilisateurs.

Lancé dans le cadre du partenariat 2Zero, ZEV-UP (Frugal zero-emission vehicles concepts for the urban passenger challenge) répond au besoin urgent de solutions de mobilité durable et s’aligne sur l’objectif européen Fit-for-55 de réduction des niveaux de CO2 d’ici 2030 et d’atteinte de la neutralité climatique d’ici 2050. Le projet vise à accélérer l’adoption de véhicules à zéro émission en développant des Véhicules à Batterie Electrique dotés de caractéristiques uniques pour les marchés établis et émergents, y compris des études de marché en Asie et en Afrique.

Le concept de véhicule économe ZEV-UP sera mis en œuvre à travers trois variantes adaptées à divers besoins des utilisateurs. Ces variantes ultracompactes sont conçues pour répondre aux besoins de mobilité quotidienne des clients effectuant régulièrement des trajets urbains de courte distance, tout en économisant de l’espace de stationnement. La microvoiture modulaire possèdera des composants communs pour assurer durabilité, sécurité, et des coûts opérationnels et d’entretien minimaux. La variante principale est une voiture compacte à deux places adaptée à une utilisation urbaine, tandis qu’une variante plus longue à quatre places répond aux besoins de transport familial. De plus, cette variante à empattement plus long peut être transformée en un véhicule utilitaire léger à deux places avec un espace cargo dédié pour le transport de marchandises. Le système de batterie interchangeable de ZEV-UP offrira l’avantage de réduire au minimum les temps d’arrêt en permettant des échanges rapides et pratiques de batterie, améliorant la commodité pour l’utilisateur et étendant l’autonomie. Des démonstrations des véhicules seront réalisées avec de vrais utilisateurs dans différentes conditions et environnements à Budapest et à Istanbul afin de valider l’acceptation par l’utilisateur et d’évaluer les innovations en matière de design et de technologie des véhicules.

Emin Aliyev, coordinateur du projet ZEV-UP, a déclaré : “ZEV-UP est un projet unique qui marque une avancée significative dans la redéfinition de la mobilité urbaine grâce à son approche innovante des véhicules zéro émission en mettant l’accent sur les principes d’économie, de modularité et de remplaçabilité, essentiels pour créer des solutions de transport durables et adaptables pour nos villes.”

ERTICO – ITS Europe coordonne le projet ZEV-UP, qui réunit 17 partenaires de 11 pays, ainsi que des partenaires de coopération internationale en Afrique du Sud et au Pakistan. ZEV-UP se déroule du 1er janvier 2024 au 30 juin 2027.

 

Responsable de la Communication

Céline Lefort – c.lefort@mail.ertico.com

LinkedIn: ZEV-UP Project

À propos de VEDECOM

L’Institut pour la Transition Énergétique (ITE) VEDECOM est missionné par l’État pour soutenir l’innovation technologique et les filières industrielles françaises engagées dans les mobilités du futur. Fondé sur une collaboration inédite d’une trentaine d’acteurs, il rassemble établissements académiques, collectivités territoriales et différents acteurs privés : automobile, transport public et mobilité, logistique, infrastructures de la route, télécommunications, énergie, aéronautique et défense, services numériques et simulation, assurance. Créé en 2014 dans le cadre du Programme Investir l’Avenir (PIA), l’Institut fait partie des 15 instituts de recherche rassemblés au sein de FIT, French Institutes of Technology. Il compte 80 collaborateurs en 2023. VEDECOM a produit plus de 650 publications et 80 thèses, et formé plus de 2,500 personnes dans le cadre de son programme formation. Le baromètre est issu du projet ANIMA, cofinancé par l’ANR au titre du Plan d’Investissement d’Avenir, MACIF, MOVIN’ON, RENAULT, STELLANTIS, VALEO et CONTINENTAL.  Plus d’infos sur www.vedecom.fr

Contact presse : Elisa Diogo –  communication@vedecom.fr 

 

Salon Drive to Zero 2024

DATE DE DÉBUT

Mardi 28 mai 2024

 

DATE DE FIN

Mercredi 29 mai 2024

 

LIEU

Hippodrome de Longchamp, Paris

 

THÉMATIQUE

Mobilité durable, mobilité décarbonnée, innovation, recherche, salon

 

 

Salon Drive to Zero 2024

VEDECOM participera au Salon Drive to Zero 2024 en tant que partenaire institutionnel qui se déroulera mardi 28 et mercredi 29 mai 2024 à Paris, à l’Hippodrome de Longchamp.

Retrouvez les équipes de VEDECOM et découvrez les projets de recherche que nous menons pour une mobilité plus durable. 

Drive to Zero c’est le rendez-vous européen de la mobilité décarbonée. Il permet aux acteurs privés et publics de trouver des informations et des solutions pour répondre aux challenges du déploiement de la mobilité décarbonée.

Retrouvez une zone d’exposition unique de plus de 170 exposants, un programme de conférences recensant près de 50 plénières, conférences, ateliers et pitchs ainsi que de nombreux autres temps forts.

 

 

Autonomy AMWE 2024

DATE DE DÉBUT

Mercredi 20 mars 2024

 

DATE DE FIN

Jeudi 21 mars 2024

 

LIEU

Porte de Versailles, Pavillon 6, Paris

 

THÉMATIQUE

Mobilité durable, électromobilité, connectivité, véhicules automatisés, systèmes de recharge, innovation, recherche

 

 

Autonomy AMWE 2024

VEDECOM participera à AMWE – Autonomy Mobility World Expo – qui se déroulera mercredi 20 et jeudi 21 mars 2024 à Paris, Porte de Versailles.

Retrouvez les équipes de VEDECOM et découvrez les projets de recherche que nous menons pour une mobilité plus durable. 

AUTONOMY MOBILITY WORLD EXPO (AMWE) est le plus grand rassemblement annuel mondial de décideurs publics, d’institutions, d’ONG, d’entreprises et de start-ups internationaux focalisés sur les solutions de mobilité urbaine durable, accueillant plus de 200 exposants, plus de 300 intervenants et plus de 8 000 participants chaque année en mars.

 

 

1ère édition du baromètre Energies liées à la mobilité VEDECOM : La question de l’énergie, sujet de préoccupation majeur des Français pour leur mobilité

L’année 2022 a été marquée par des évènements importants liés aux énergies comme la hausse du prix des carburants, du prix de l’énergie ou encore l’annonce de la fin de la vente des véhicules neufs à énergie fossile ou hybride à horizon 2035 en Europe afin de répondre au défi de la transition énergétique.

Dans ce contexte, VEDECOM – Institut de Transition Energétique (ITE) dédié aux mobilités plus durables a interrogé les Français afin de comprendre la perception qu’ils ont des énergies liées aux transports et à l’impact qu’elles ont sur leur mobilité au quotidien. Ce baromètre de l’énergie, réalisé auprès de 1005 Français, s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche centré sur le futur de la mobilité des personnes et financé par un consortium de partenaires multi-sectoriels parmi lesquels Renault, Valeo  et la MACIF.

Entre les besoins croissants de déplacements, la question de l’écologie et la problématique du coût, les Français expriment leurs envies et leurs craintes et se positionnent sur la manière dont ils seront amenés à se déplacer dans le futur.

énergies liées à la mobilité

Les Français sont de plus en plus préoccupés par l’écologie

Près de 3 Français sur 4 se déclarent de préoccupés à fortement préoccupés par l’écologie aujourd’hui. Cette tendance devrait s’intensifier à mesure que le temps passe : 77,5%  sont ainsi convaincus que dans les années à venir, leurs préoccupations seront encore plus fortes qu’actuellement.

Cette inquiétude grandissante affecte naturellement la perception que les Français ont de l’énergie fossile, dans la mesure où le lien de cause à effet entre les émissions des gaz à effet de serre émis par les véhicules thermiques et le changement climatique est dorénavant mieux appréhendé. Les mentions spontanées des Français lorsqu’il s’agit des énergies se positionnent sous l’angle de l’écologie. Les mobilités de demain se devront donc d’être écologiques pour obtenir l’adhésion des Français. Ainsi, parmi les termes spontanément associés à l’énergie fossile par les Français, 37,2% ont une connotation négative, et le mot « pollution » est même évoqué dans un quart des cas. La moitié des Français pense également que la pollution liée à la fabrication et à l’utilisation d’un véhicule à énergie fossile est élevée, et près d’un tiers sont convaincus qu’utiliser un véhicule de ce type est une mauvaise idée.

Ce désamour fait la part belle aux autres énergies utilisées pour la mobilité, biocarburants et hydrogène en tête suivis de près par l’électrique. En l’absence de toute contrainte, les Français déclarent leur préférence pour l’énergie hydrogène (31%), devant le biocarburant (28,7%), l’électricité (25%) et enfin l’énergie fossile (15,3%).

Ces chiffres sont toutefois à nuancer, compte tenu du niveau de connaissance inégal des Français entre les différentes énergies, qui fausse ainsi la perception qu’ils peuvent en avoir. A titre d’exemple, 41% des Français pensent à tort que les coûts financiers liés à l’approvisionnement (faire le plein, recharger) d’un véhicule électrique sont plus importants que pour un véhicule à énergie fossile de même catégorie. Ce manque de connaissance est plus prononcé pour l’énergie hydrogène et les biocarburants.

De même, les mesures mises en place par les autorités publiques ne sont pas toujours connues. Ainsi, 29% des Français n’ont pas connaissance du dispositif ZFEm , ces Zones à Faibles Emissions où la circulation des véhicules les plus polluants peut être interdite et où un certificat qualité de l’air est obligatoire. 21,6% des personnes utilisant un véhicule privé pour leurs déplacements ne savent pas si les zones dans lesquelles ils circulent sont concernées par un dispositif ZFEm. Par ailleurs, 21,4% des Français n’ont pas connaissance de la règlementation sur la fin de vente des véhicules neufs à énergie fossile et hybrides en 2035. Dans la pratique, malgré l’importance de la question de l’écologie, 1 Français sur 2 déclare qu’il sera en désaccord lors de l’entrée en application de cette loi en 2035.

 

Malgré cette prise de conscience, les Français n’ont pas encore initié de changements majeurs concernant leur mobilité

En effet, moins d’un Français sur 10 se rend compte que son comportement n’est pas adapté à la situation écologique actuelle (7,7%), signe du chemin qu’il reste à parcourir pour inscrire l’ensemble des Français dans une dynamique concrète de transition. Quelle en serait la raison principale ? Ils ne croient pas, pour deux tiers d’entre eux, que les changements à leur échelle, dans leurs propres comportements de mobilité, vont améliorer la situation écologique actuelle.

Le prix du carburant reste aujourd’hui le principal vecteur de changement de comportement de mobilité parmi les Français. Pour eux, il ne fait pas de doute que les prix de l’énergie vont encore augmenter à l’avenir. Ils sont, en effet, 73,6% à le penser. Pour 68% des Français, la hausse du prix des carburants connue en 2022 a entraîné des répercussions importantes sur leur pouvoir d’achat. S’ils n’envisagent pas à court terme de changer leurs comportements, les perspectives à horizon 2025-2030 semblent plus favorables : 34,7% des Français prévoient d’avoir plus recours à la mobilité douce (vélo, marche…), tandis que 30,8% anticipent une baisse de l’utilisation de leur véhicule personnel. La mise en place de Zones à Faibles Emissions divise puisque 29% des répondants sont d’accord pour sa mise en place contre 39,2% d’indécis et 31,7% des répondants en désaccord. Parmi ceux qui sont concernés par des zones géographiques ayant un dispositif ZFE, 10% déclarent circuler dans ces zones sans vignette Crit’Air et 14,46% le font même si leur vignette n’est pas adaptée. Enfin, parmi ceux non concernés actuellement par un dispositif ZFE, 29,9% se disent prêts à circuler dans ces zones même si leur véhicule ne les y autorise pas. Concilier la problématique écologique aux changements de comportement de mobilité apparait donc comme un enjeu futur. Mettre en place des dispositifs pour limiter les émissions ne suffit pas à obtenir l’adhésion de tous et suppose accompagnement et pédagogie auprès des Français pour modifier leurs pratiques de mobilité.

 

Les Français pourraient adopter l’énergie électrique si les freins à son utilisation étaient levés

42% des Français pensent ainsi qu’utiliser un véhicule à énergie électrique serait plaisant. Cependant, certains freins limitent encore son déploiement à grande échelle. Le coût est le premier facteur limitant : 72% déclarent ainsi que le coût d’un véhicule électrique est une chose particulièrement importante à prendre en compte avant de l’utiliser.

La pollution liée à la fabrication et l’utilisation d’un véhicule électrique est jugée élevée pour 42% des Français. La batterie est en partie responsable de ce résultat à travers son manque de recyclage; batterie qui, via l’autonomie et le temps de recharge, limite le champ d’action des véhicules électriques à des trajets courts pour 62,99% des Français. Face à ces freins, quelles actions privilégier pour accompagner le déploiement de la mobilité électrique ? Outre la question du prix, il conviendrait de renforcer la pédagogie, améliorer l’expérience utilisateur notamment lors de la recharge du véhicule, en offrant plus d’accompagnement aux usagers et en explorant davantage la recharge à domicile, lieu préféré des Français pour la recharge de leur véhicule. Des axes de travail sur lesquels VEDECOM est d’ores et déjà engagé, dans le cadre de nouveaux programmes de recherche en partenariat avec les acteurs de l’écosystème public et privé de la mobilité.

« Cette première édition du baromètre Energie montre que la prise de conscience de l’impact écologique des véhicules thermiques progresse rapidement dans la population. Cependant, les Français dans leur majorité ne sont pas encore prêts à changer pour plusieurs raisons : méconnaissance de l’impact écologique du véhicule électrique, prix trop élevé, inquiétude quant à l’autonomie et la possibilité de recharger la batterie. Ces résultats confirment l’importance de poursuivre les travaux de pédagogie sur le véhicule électrique ainsi que la nécessité de rendre la recharge beaucoup plus accessible. Ces sujets sont au cœur de l’initiative « hub d’innovation pour la recharge » en cours de lancement par l’institut VEDECOM. » a ainsi déclaré Eric Lebeau, Directeur Général de l’Institut VEDECOM.

 

Méthodologie du Baromètre Energie VEDECOM

Le Baromètre énergie a été réalisé auprès d’un panel représentatif de la population française (genre, âge, répartition géographique) constitué de 1 005 personnes. Le questionnaire a été administré du 19 au 24 octobre 2022. Les questions posées ont permis de récolter des données sur :

  • La représentation spontanée et l’acceptabilité des 4 énergies investiguées (électricité, biocarburant, hydrogène, énergie fossile)
  • Les préférences et la connaissance des 4 énergies
  • Le prix des carburants et l’impact sur les Français
  • La fin de vente des véhicules neufs à énergie fossile et hybrides en 2035
  • Les Zones à Faibles Emissions et la circulation alternée
  • La mobilité et l’écologie
  • La recharge des véhicules électriques
  • Les caractéristiques socio-démographiques des répondants et leur degré de technophilie (i.e., un technophile est une personne qui apprécie et/ou encourage les nouvelles technologies).

À propos de VEDECOM

L’Institut pour la Transition Énergétique (ITE) VEDECOM est missionné par l’État pour soutenir l’innovation technologique et les filières industrielles françaises engagées dans les mobilités du futur. Fondé sur une collaboration inédite d’une trentaine d’acteurs, il rassemble établissements académiques, collectivités territoriales et différents acteurs privés : automobile, transport public et mobilité, logistique, infrastructures de la route, télécommunications, énergie, aéronautique et défense, services numériques et simulation, assurance. Créé en 2014 dans le cadre du Programme Investir l’Avenir (PIA), l’Institut fait partie des 15 instituts de recherche rassemblés au sein de FIT, French Institutes of Technology. Il compte 80 collaborateurs en 2023. VEDECOM a produit plus de 650 publications et 80 thèses, et formé plus de 2,500 personnes dans le cadre de son programme formation. Le baromètre est issu du projet ANIMA, cofinancé par l’ANR au titre du Plan d’Investissement d’Avenir, MACIF, MOVIN’ON, RENAULT, STELLANTIS, VALEO et CONTINENTAL.  Plus d’infos sur www.vedecom.fr

Contact presse : Elisa Diogo –  communication@vedecom.fr