VEDECOM dévoile les résultats de son enquête d’opinion intitulée « Le COVID-19 et la mobilité » menée par son équipe de recherche dédiée au nouvelles solutions de mobilité. Cette enquête inédite a été réalisée auprès d’un panel de plus de 800 volontaires usagers en mobilité dont 300 experts. Elle porte sur la période de confinement et les deux premières périodes de déconfinement progressif (du 6 mai au 21 juin 2020).

Objectif :
– comprendre et appréhender les effets de la crise sur la mobilité pratiquée au quotidien
– proposer des solutions pouvant être mises en place rapidement ou à plus long terme.

L’analyse des experts appréhende la crise comme un levier d’innovation pour les mobilités et anticipe une concentration des acteurs du marché du covoiturage et de l’autopartage.

75% des experts estiment que le marché de la mobilité en location va se développer.

62% pensent que la crise va relancer le marché de la voiture individuelle, ce qui n’est pas forcément antinomique.

Côté usagers, on note que 25% n’ont jamais exercé leur droit de sortie d’une heure quotidienne pendant la période de confinement, ce qui encourage une réflexion sur le développement des services à domicile.

Le traumatisme de la crise sanitaire a provoqué une réelle défiance à l’égard des transports collectifs. Les usagers sont désormais mûrs pour accepter un changement dans leurs habitudes de mobilité :

60% des personnes interrogées accepteraient que l’on impose des contraintes horaires pour les déplacements domicile-activité afin de limiter la densité des flux.

61% comprendraient une relative évolution du coût des transports pour garantir plus de distanciation et d’hygiène.

En temps de confinement, la réduction voire la suppression du temps de transport pour certains, complétée par la redécouverte par les citadins d’un environnement où la nature reprenait le dessus, augurent de nouvelles formes de travail qui feront la part belle au télétravail et aux services à domicile : 30% des salariés en télétravail pendant le confinement se sentent capables de continuer à exercer sous cette forme à 100 % après le déconfinement.

Reste à optimiser les flux et les nouvelles solutions de mobilité d’un point de vue économique, sécuritaire et environnemental. Dans ce nouveau paysage, les services de mobilité autonome auront toute leur place.

→ Plus de détails dans le communiqué de presse