La 5G au service des véhicules automatisés : premiers enseignements du site d’essai français du projet 5G-MOBIX

Le projet 5G-MOBIX vise à évaluer l’apport de la 5G sur la connectivité pour les services et fonctionnalités de la mobilité connectée et automatisée (CAM), dans des conditions transfrontalières. Les sites de test 5G-MOBIX comprennent deux corridors transfrontaliers (Grèce-Turquie et Espagne-Portugal) et six sites de test locaux en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Finlande, en Chine et en Corée du Sud. Les sites locaux apportent des contributions supplémentaires et complémentaires aux essais transfrontaliers.


Une conduite sécurisée et efficace pour les véhicules automatisés lors de l’insertion d’un autre véhicule

Le site d’essai français 5G-MOBIX (FR TS) compte quatre membres, VEDECOM (chef de file), Catapult, Akka et Valeo, et est situé en région parisienne. Il a testé un cas d’usage CAM dit de “conduite avancée assistée par l’infrastructure”, dans lequel l’infrastructure 5G MEC (Multi-access Edge computing) guide un véhicule connecté et automatisé lors de l’insertion d’un autre véhicule sur sa voie, pour une conduite sûre et efficace.

Une voiture automatisée de niveau 4 avec unité 5G embarquée

Plusieurs problèmes transfrontaliers ont été abordés par le site français avec des solutions de connectivité multi-PLMN (public land mobile network), de la qualité de service (QoS) prédictive, de la connectivité dans la bande d’ondes millimétriques (mmWave) et d’apport de la communication satellitaire comme moyen de repli. Les réseaux 5G NSA fournis par trois opérateurs français, Orange, Bouygues et TDF, ont été utilisés pour tester le cas d’usage évoqué et les solutions envisagées.

Au cours du projet, le site français a déployé deux infrastructures MEC conjointement avec un certain nombre de modules logiciels, en particulier un serveur d’application V2X (communication véhicule-environnement), des solutions de fusion de données pour l’analyse des risques sur une zone d’insertion, de la prédiction de la qualité du service client et de gestion des KPI. Six unités embarquées 5G conçues par VEDECOM et VALEO ont été intégrées dans les deux véhicules automatisés de niveau 4 et deux véhicules connectés ont également été utilisés.

Essais sur routes privées, routes ouvertes et corridor transfrontalier

Les activités de test et d’essai du site français ont commencé à la fin de l’année 2021.Un grand nombre de cas de tests ont été réalisés sur des pistes d’essais fermées et sur des routes ouvertes. Les résultats obtenus permettent d’évaluer les performances de la 5G, via des cas de tests agnostiques, et d’évaluer l’apport des ces technologies pour les services de mobilité connectée et automatisée (CAM), via des cas de test spécifiques au cas d’usage. Par ailleurs, le site français a apporté deux contributions au corridor transfrontalier Espagne-Portugal :

  1. Test et comparaison de la connectivité multi-PLMN
  2. Contribution à la variante du cas d’utilisation de la conduite avancée sur le corridor Espagne-Portugal (mars 2022).

Résultats et démonstration publique le 21 avril 2022

 

Les résultats obtenus en France et sur le corridor transfrontalier montrent les avantages de la 5G pour le cas d’usage dans le cas d’une insertion d’un autre véhicule, notamment les nombreux avantages de la connectivité multi-PLMN.

Le 21 avril, le site français a organisé son événement de démonstration publique chez VEDECOM à Versailles. Il réunissait des autorités publiques, des industriels, des PME et des universités. L’événement comportait une session d’ateliers, des démonstrations sur pistes et une table ronde inédite.

Retour complet sur la journée avec les présentations et replays ci-dessous :

 

 

Présentation du projet 5G-MOBIX

 

Introduction générale

Par Eric Lebeau, Directeur Général de VEDECOM.

REPLAY

 

Introduction au projet européen 5G-MOBIX et aux activités du site français

REPLAY

Ouverture sur d’autres projets européens et français autour de la 5G

Présentations d’autres projets autour de la 5G dans lesquels VEDECOM est impliqué :

REPLAY

Démonstrations sur pistes

  • Changement automatique de voie d’un véhicule automatisé (prototype de niveau 4) avec l’aide de l’infrastructure suite à l’insertion d’un autre véhicule depuis une bretelle d’accès
  • Maintien de la continuité de service lorsqu’un véhicule passe d’un réseau à l’autre
  • Contrôle dynamique de la qualité de communication 5G

Table-ronde “Vision de la 5G et de la CCAM par les acteurs du marché”.

Une table-ronde inédite avec tous les acteurs de la chaîne de valeur : les fabricants de véhicules, les opérateurs de télécommunication et d’infrastructures routières, les acteurs des transports collectifs.
Animée par Tony Jaux, Président de VEDECOM, VP Innovation chez Stellantis et Directeur du programme connectivité à la Plateforme Française de l’Automobile.

Autour de la table :

 

REPLAY

Evénement final du projet européen AUTOPILOT : l’IoT propulse le véhicule autonome vers de nouveaux types de services de mobilité

Evénement final du projet européen AUTOPILOT : l’IoT propulse le véhicule autonome vers de nouveaux types de services de mobilité

Lancé en 2017 pour une durée de trois ans, le projet européen AUTOPILOT consacré à l’apport de l’Internet des Objets (IoT) à la délégation de conduite, achève sa phase expérimentale. Le projet réunissait un consortium international de 45 partenaires sur 6 sites d’expérimentation situés en Europe et en Corée du Sud. Les résultats ont été dévoilés à Versailles, l’un des sites partenaires et le siège de VEDECOM, coordinateur des expérimentations. Ils mettent en exergue l’importance des technologies de l’IoT dans l’amélioration des capacités du véhicule autonome à mieux appréhender son environnement, en sus des capteurs déjà existants (caméra, radar, lidar, etc.). Ce projet ouvre la voie à une nouvelle génération de services de mobilité associés au véhicule autonome.

L’IoT au service de la mobilité « augmentée »

L’IoT permet de connecter tout type d’appareils à Internet pour partager des informations et utiliser des services à valeur ajoutée. Les véhicules autonomes sont ainsi connectés pour partager les informations de leurs capteurs embarqués, de même les smartphones des piétons et cyclistes, les capteurs de circulation, les détecteurs de parking, etc. Les services du cloud computing utilisent et combinent toutes ces informations pour enrichir les données et fournir des services à valeur ajoutée aux véhicules autonomes.

L’IoT, pour une meilleure anticipation de l’environnement de conduite

Les informations de l’IoT reçues par le véhicule autonome viennent enrichir celles détectées par ses capteurs ce qui lui permet de mieux anticiper les événements imminents et les risques présents dans son environnement. Les résultats du projet AUTOPILOT mettent en avant une sécurité routière accrue, une meilleure fluidité du trafic, une amélioration du confort de conduite et la diminution de la consommation d’énergie et de carburant.

Versailles, un site pilote pour le « platooning » ou la conduite en peloton de véhicule autonome

A Versailles, l’un des sites pilotes du projet, l’Institut VEDECOM a mené des expérimentations de platooning. Dans le cadre du projet AUTOPILOT, cette technologie a été testée pour optimiser la gestion des flottes en autopartage. Les résultats du projet ont démontré que les stations d’autopartage pouvaient être réapprovisionnées de manière optimale et ce, en temps réel en fonction des besoins. La présence d’un seul chauffeur – dans le véhicule de tête – permet de convoyer une flotte de véhicules qui le suit de manière autonome et ainsi de ramener rapidement un nombre important de véhicules en station.

Consulter le dossier de presse

Les expérimentations sur le platooning à Versailles, en images

Articles récents :

Hyperlieux Mobiles : les activités mobiles au service de nouvelles formes d’urbanité

Hyperlieux Mobiles : les activités mobiles au service de nouvelles formes d’urbanité

L’événement « La Ville, nouveaux horizons », organisé par Le Point, a eu lieu vendredi 29 novembre 2019 à la Villa Massena à Nice. Objectif de la journée : réfléchir aux leviers et aux enjeux impliqués par les transformations nécessaires de nos espaces urbains. Comment constituer le terreau fertile à l’apparition d’un territoire équilibré, susceptible d’abriter des villes métissées, plurielles, attractives et écologiques ? Et comment dépasser les concepts parfois usés de « ville durable », ou encore de « smart city » ? Des intervenants prestigieux comme Jean Nouvel, Jean-Jacques Aillagon ou encore Antoine Picon, étaient invités à donner leur éclairage. Mireille Apel-Muller, Directrice de l’Institut pour la ville en mouvement (IVM), entité de VEDECOM, y présentait le concept d’hyperlieux mobiles, développé par l’IVM. Retour sur cette intervention, qui prend prétexte du véhicule autonome pour brosser de nouveaux horizons aux mobilités de demain.

« Par-delà le véhicule autonome : l’enjeu des hyperlieux mobiles »

C’est l’émergence d’un concept que Mireille Apel-Muller était venue présenter à l’événement « La ville, nouveaux horizons ». Celui d’hyperlieux mobiles, développé par l’IVM, institut qui a pour mission de réfléchir aux mobilités dans ses dimensions sociétales au-delà de l’unique question des transports : du point

de vue des usages et des pratiques sociales, des interactions avec l’aménagement et les espaces publics, de la gouvernance…  La notion d’hyperlieux mobiles L’IVM explore une troisième voie jusqu’à présent négligée : il invite à considérer la mobilité sous l’angle des activités et des services. Un domaine paradoxalement impensé, puisque les activités mobiles, d’ores et déjà omniprésentes, promettent de prendre de plus en plus de place dans nos modes de vie.

Le projet « Hyperlieux Mobiles » : observer la société pour innover

Afin de donner corps au concept, l’IVM et ses partenaires internationaux sont partis à la rencontre des activités mobiles existantes. Par activité mobile, il faut entendre toutes les activités dont la mobilité est le support. Celles-ci ne sont pas nouvelles : au contraire, elles semblent avoir toujours existé, du colporteur aux activités foraines en passant par les hôpitaux de guerre mobiles. Elles utilisent tous types de véhicules et concernent tous les secteurs. Au total, le projet « Hyperlieux Mobiles » a recensé plus de 600 activités mobiles… et fait un constat : loin de reléguer ces activités dans le passé, l’hyper-connectivité et la révolution numérique les conduisent à une diversification toujours plus grande. Avec des hybridations rendues possibles par les mutations conjointes du numérique (transport aisé de bases de données), du progrès technologique (production de sa propre énergie) et d’une pensée éco-systémique. Par l’apport d’activités et de services, l’hyperlieu mobile contribue à la construction de formes inattendues d’urbanité générées par de nouvelles interactions entre espaces, mobilités, connectivités et activité. C’est parfois le véhicule lui-même qui devient un vrai lieu mobile d’activité (c’est ainsi qu’à Buenos Aires et Paris, on fait la fête dans des bus) ; d’autres fois, c’est l’activité mobile qui fait lieu en fabriquant autour d’elle des formes d’urbanité éphémères : ainsi ce véhicule en Australie qui vient laver le linge des sans-abris et propose une projection de cinéma pendant que la machine tourne, devenant ainsi pour quelques heures cinéma de plein air…

Des acteurs nouveaux pour inventer la ville mobile de demain

Cette tendance n’est pas le fait de cas isolés : c’est une vague de fond portée par les plus grandes sociétés industrielles. C’est ainsi que Toyota a présenté au Salon de Las Vegas son projet de « Ville à la demande ». L’idée : la conception par le constructeur automobile d’un concept de véhicule autonome « châssis » (E-palette), susceptible d’abriter toutes formes d’activités, de l’hôpital au bureau mobile, en passant par l’épicerie, la pizzeria ou encore le Fab Lab.

C’est le cas également d’Ikea, champion du mobilier pour espaces contraints, qui imagine via son laboratoire d’innovation Space 10 des concepts d’objets mobiles et autonomes. On voit ainsi arriver des acteurs nouveaux dont l’ambition est de construire la ville de demain… mobile !

Enjeux et défis des hyperlieux mobiles pour la ville de demain

Cette redéfinition des lieux du quotidien par les véhicules porteurs d’une activité mobile est lourde d’enjeux et de défis. Défi pour les territoires, pour qui il s’agit de penser ces formes d’activité au service des métabolismes urbains, et comme des solutions pour apporter une haute qualité de service jusque dans les zones les plus isolées. Défi pour les aménageurs qui se doivent de prévoir de nouveaux espaces pour ce type d’aménités et de programmer des activités qui restent sous le contrôle de la puissance publique. Défi pour les designers : nos objets vont devoir changer, ainsi que les espaces pour les accueillir. Enjeu pour les politiques qui vont devoir gérer le licite et l’illicite, arbitrer les conflits d’usages entre activités mobiles et commerces fixes, contrôler la privatisation de l’espace public et la surexploitation des espaces. Enjeu économique : quels business models 3.0 allons-nous pouvoir inventer pour ces petites activités très agiles. Enfin, enjeu de société puisqu’il va nous falloir déterminer quelle part de notre espace-temps nous souhaitons consacrer à l’activité économique.

 

Regarder l’intervention complète

 

Articles récents :

SMIV : une 4ème édition qui consacre la pérennité de l’événement

SMIV : une 4ème édition qui consacre la pérennité de l’événement

SMIV – « Smart Mobility and Intelligent Vehicle », la conférence scientifique annuelle de l’Institut VEDECOM a eu lieu le 12 novembre dernier. Une édition très axée électromobilité et collaboration entre embarqué (véhicule) et débarqué (infrastructures) avec une approche multidisciplinaire qui part des usages pour que la technologie reste au service de l’humain. L’événement s’est déroulé à l’Espace Saint-Martin, en plein cœur de Paris : une localisation plus centrale et plus facile d’accès pour une conférence placée sous le signe de l’international.

SMIV : une quatrième édition jeune et internationale

Consécration… C’est le terme qui vient à l’esprit pour qualifier ce 4ème rendez-vous de SMIV. L’édition, qui adressait les problématiques particulièrement pertinentes, a scellé la pérennité de l’événement.

Avec une localisation parisienne au cœur du 3ème arrondissement, elle a su rassembler l’écosystème complet de VEDECOM, industriels comme académiques, autour des questions de modèle économique de l’électromobilité et de collaboration entre le véhicule et son environnement.

Résultat : 250 participants contre 180 l’an passé. Une audience jeune et très internationale pour une édition intégralement anglophone. Une diversité qui se retrouvait du côté des intervenants puisque nombre des partenaires internationaux de l’Institut avaient accepté d’intervenir aux côtés des chercheurs de VEDECOM. Etaient ainsi représentés la Suisse (Dirk Lauinger), l’Allemagne (Dr ; Uta Burghard), ou encore les Pays-Bas (Rick Wolbertus). VEDECOM était également fier d’accueillir le Professeur Ramteen Sioshansi, de l’Université d’Etat de l’Ohio, comme keynote speaker introduisant la première session de présentations scientifiques sur les enjeux économiques de l’électromobilité. Des organismes de recherche français éminents, comme l’INRIA et le CEA, étaient également représentés : le Dr Fawzi Nashashibi, Directeur de Programme au RITS (INRIA) introduisait la seconde session ; cependant que le Dr Raphael David, du CEA, intervenait sur la conception de systèmes embarqués pour les véhicules de demain.

2 sessions pour faire le point sur les défis scientifiques et techniques des mobilités durables

La journée se déroulait en deux temps, afin de présenter les derniers résultats de recherche sur les mobilités durables, les défis scientifiques et techniques restant à relever ou encore les enjeux économiques et politiques impliqués. Une première session, intitulée « Sustainable and Electric Mobility », envisageait les challenges et les enjeux de l’électromobilité. 

Y étaient notamment abordées les problématiques liées à la recharge ou à l’acceptation des nouvelles solutions pour augmenter le rayon d’action d’un véhicule électrique.

Une seconde session, « The intelligent vehicle and its collaboration with the infrastructure», était davantage axée sur les fonctionnalités de communication et de connectivité entre le véhicule autonome et son environnement : infrastructures connectées, interfaces homme-machine (IHM), perception étendue…

« Pour vous, qu’est-ce que SMIV ? »

Au terme d’une journée scientifique aussi dense que technique, Féthi Ben Ouezdou, Directeur Scientifique de l’Institut, résumait SMIV en trois mots : « Excellence scientifique, partenariat stratégique pour VEDECOM, partage des questions de recherche encore ouvertes ». Nous laissons la parole à quelques intervenants en guise de conclusion.

« SMIV est une conférence très intéressante en termes de contributions scientifiques, mais aussi de networking, dans la mesure où nous pouvons y rencontrer des chercheurs de tous domaines et des acteurs de l’industrie. C’est une rencontre très bénéfique pour le véhicule autonome. » Dr. Fawzi Nashashibi

« C’est réellement une opportunité unique qu’offre VEDECOM avec la conférence SMIV. Nous pouvons y discuter méthodes scientifiques, mais aussi état du marché ou encore faire le point sur toutes les problématiques qui restent à résoudre. » Icaro Freitas-Gomes (doctorant VEDECOM)

« C’est une réelle opportunité de voir comment des personnes de différents pays travaillent sur le véhicule électrique et autonome. » Dr. Rick Wolbertus (Université de Sciences Appliquées d’Amsterdam, TU Delft)

« Nous sommes heureux de cette forte participation avec plus de 250 personnes. Nous vous donnons rendez-vous l’année prochaine avec les thématiques de R&D relatives à l’usage des données et de l’IA pour l’évaluation, la validation et la certification du véhicule autonome; ainsi que les nouvelles solutions de mobilité intégrant une approche sociétale et légale. Deux sessions seront envisagées autour de la validation des performances et l’impact des nouvelles solutions de mobilité pour l’organisation de l’espace urbain », a conclu Féthi Ben Ouezdou.

Pour consulter le programme et les abstracts d’interventions

Articles récents :

VEDECOM accueille le 3ème International Workshop on Vehicular Adhoc Networks for Smart Cites (IWVSC’2019)

VEDECOM accueille le 3ème International Workshop on Vehicular Adhoc Networks for Smart Cites (IWVSC’2019)

Le 3ème International Workshop on Vehicular Adhoc Networks for Smart Cites (#IWVSC’2019) s’est tenu le 13 novembre 2019 au mobiLAB. Il était co-organisé par VEDECOM, avec l’IRT SystemX, Télécom SudParis et l’INRIA, avec la participation d’académiques de Malaisie et du Pakistan. La journée avait pour but de discuter des récents développements dans le domaine des technologies de communication véhiculaire (V2X) et de leurs interactions avec les futures Smart Cities. Et de promouvoir les activités de recherche en matière de communications V2X afin d’améliorer l’efficacité et la sécurité des transports du futur.

Tout au long de la journée, des interventions d’experts ont adressé les questions de routes et infrastructures connectées, de gestion du trafic d’urgence, de systèmes de transports intelligents, de 5G ou encore de drones ITS. Trois sessions de présentations scientifiques se sont succédé : « Systèmes de trafic intelligents et communication V2X », « Nouvelles technologies pour les réseaux véhiculaires » et « Réseaux véhiculaires et sécurité ».

Deux keynotes speakers sont par ailleurs intervenus. Le Dr Hamid Menour, expert au Qatar Mobility Innovations Center, a présenté les perspectives offertes par les drones ITS pour les mobilités du futur (“DroneITS: Unmanned Aerial Vehicles as an Enabler for Next Generation Mobility”). Le Dr Marc Lascote, chercheur sénior au Orange Labs, a exposé de son côté les challenges et solutions que présente l’introduction de la 5G pour les environnements véhiculaires (“Trusted Computations in 5G Vehicular Environments: Challenges and Solutions”).

Voir le programme détaillé : http://www-lor.int-evry.fr/~laouiti/iwvsc2019/Program.pdf

Lien vers les proceedings : http://www-lor.int-evry.fr/~laouiti/iwvsc2019/IWVSC2019Proceedings.pdf

Articles récents :

VEDECOM présente VEDETECT, un outil d’analyse des flux de mobilité pour faire advenir l’ère des transports flexibles

VEDECOM présente VEDETECT, un outil d’analyse des flux de mobilité pour faire advenir l’ère des transports flexibles

Carrefours congestionnés, gares bondées, stations de bus saturées… Et si le secret du désengorgement de nos villes résidait dans la gestion des flux de mobilité et de l’offre de transport ? C’est le pari de VEDETECT, la nouvelle solution de l’Institut VEDECOM, finaliste du Grand Prix de l’Innovation du Salon des Maires et des Collectivités Locales. Expérimenté avec le soutien du Département des Yvelines, cette solution innovante permet aux communautés territoriales de mieux réguler le trafic et de les aider dans l’élaboration de leur politique de transport.

Une solution innovante pour analyser les flux de mobilité grâce à l’intelligence artificielle et à l’internet des objets

Alors que de plus en plus de flux de données de mobilité sont capturés et transmis par un nombre croissant de capteurs, les collectivités locales envisagent de nouveaux moyens pour optimiser les déplacements. VEDETECT, solution présentée au Salon des Maires du 19 au 21 novembre 2019 par l’Institut VEDECOM, est une solution basée sur des capteurs intelligents qui produisent des données qui permettent de déterminer l’état du trafic. Les algorithmes développés sont capables de fournir une estimation fiable et globale du trafic. L’information anonymisée est transmise vers une plateforme qui permet de centraliser et visualiser les données.

 

Une solution compétitive, accessible au plus grand nombre de territoires

Lancé en 2018, le projet VEDETECT est particulièrement prometteur pour les collectivités. La solution est en effet une alternative aux moyens traditionnels d’analyse des flux de mobilité à faible coût et faible impact. Ces capteurs sont très faciles à installer, sans positionnement spécifique, et ne nécessitent donc aucun aménagement de la voirie, contrairement aux solutions concurrentes (boucles magnétiques, tubes pneumatiques). La performance des algorithmes d’intelligence artificielle permet d’obtenir des résultats de mesure de la mobilité comparables à ceux des moyens traditionnels.

La solution VEDETECT est sortie finaliste dans la catégorie NTIC/Systèmes d’information du Grand Prix du Salon des Maires le 22 octobre dernier. Ce concours récompense les produits, matériels, systèmes, services ou techniques innovants développés par les fournisseurs de biens et services des collectivités locales. 

 

Un système intégral de mesure, analyse et optimisation de la mobilité

A ce jour, VEDETECT est en cours de développement et ambitionne d’arriver sur le marché dès 2021. Philippe Watteau, Directeur Général de VEDECOM, se réjouit : «Nous sommes fiers que VEDETECT, qui ouvre une nouvelle ère du monde numérique de la mobilité urbaine, ait reçu le Prix de l’innovation au salon des Maires, dans sa catégorie».

«VEDETECT est une solution d’analyse du trafic bénéficiant des avancées récentes en IA. Grâce à l’utilisation des algorithmes de pointe produits au sein de notre équipe, nous sommes capables de caractériser le trafic urbain avec une technologie beaucoup plus facile à déployer et compétitive en matière de coûts.», précise Julian Garbiso, chef du projet chez VEDECOM.

Articles récents :